TÉLÉCHARGER PIERINO LE CANCRE DU BAHUT GRATUIT

Dans ce cas, il y a de fortes chances pour que vous connaissiez le faciès d'Alvaro Vitali, le nabot à gros nez le plus omniprésent de tout le cinéma transalpin bas du front. Abonné des rôles d'imbécile heureux, d'obsédé sexuel, d'adolescent attardé, ou les trois à la fois, Alvaro a eu le privilège d'incarner plus que tout autre une certaine époque du nanar comique italien. Il doit sa carrière, non pas à un quelconque artisan du cinéma bis, mais à Federico Fellini en personne! Sa spécialité : les bonnes grosses comédies bien grasses où il tient essentiellement des rôles d'ahuris, chargés de baver devant les charmes de l'héroïne ou de recevoir des claques à longueur de film.

Nom:pierino le cancre du bahut
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:67.59 MBytes



Il y a le gosse de riche, le berger attardé, le sicilien méfiant et le voleur à la tire. Ils s'y rendent, à contre-coeur il faut dire, et c'est là que commence la foire inimaginable qu'ils causeront. Le voleur provoquera de toutes les occasions possibles et impossibles pour s'enrichir; le gosse de riche fera rétrograder tous les officiers qui l'engueulent; l'orgueil du sicilien le conduira aux pires excès, et pour finir le berger tombera en amour avec une fille de la Croix-Rouge à qui il ira donner son sang quatre fois de file.

Si vous aimez les comédies italiennes idiotes, celle-là est parfaite pour vous. Marino Girolami DR. Ce qui frappe de prime abord, mis à part l'ambiance générale de carnaval du burlesque, c'est la vitesse à laquelle s'enfilent les gags.

On a rarement le temps de se reposer. Toutes les gammes de la scatologie y passent, mais curieusement, il n'y a à peu près pas de chair féminine, peut-être à cause de l'année de production La musique, propre au genre, est endiablée et débile, forçant parfois la note. Il est dommage que pas mal de blagues fassent référence à la politique italienne de l'époque, avec laquelle le commun des mortels n'est pas familier.

On remarquera aussi une absence de gros plans sur le visage des acteurs, ce qui est un peu regrettable, étant un peu un préalable de la comédie "à l'italienne". Côté comédiens, on remarque Lino Banfi, qui porte la poisse à tout le monde dans le rôle d'un sergent maladroit. Alvaro Vitali est présent dans deux scènes, et il se contente pour tout le film de deux lignes de dialogue.

Ce caméo n'est pas crédité et on se demande un peu comment il est possible que Girolami ne l'ait pas davantage exploité, mais il n'était pas vraiment connu à cette époque. Avec le sourire aux lèvres, mais on se dit que ça aurait été bien plus drôle avec une participation plus importante de l'impayable Alvaro. Et qu'est-ce que c'est que cette séquence finale?!? En tout cas, c'est un des spécimens filmiques qu'on se demande "comment c'est possible que des trucs pareils existent"!!?

La vedette est bien sur Alvaro Vitali dans le rôle incroyable d'un connard d'écolier avec sa tête informe de crétin dégénéré du bulbe! Pour vous situer, il est en 7ème et a redoublé 6 fois! Ce qui ferait à peu près un élève de 17 ans dans une classe d'enfants de 10 ans!

En plus, Alvaro a bien 30 ans bien tassés, mais étant donnée son gabarit de nain laid, il fait parfaitement l'affaire affublée qu'il est de tenues ridicules d'écolier des années 20! L'histoire se résume aux pitreries de ce malade mental d'Alvaro qui cherche a tout prix à "accidenter" sa prof moche pour avoir la remplaçante belle en cours. Un des gags, qui résume bien le niveau, est le suivant : pour emmerder le prof de gym qui drague la remplaçante, Alvaro trempe le ballon de ce dernier dans son caca avant de le lui renvoyer!

Voila, et c'est comme ça 1h30!? J'ajouterais aussi que le doubleur d'Alvaro a une voix un peu casse burne par dessus le marché Je me demande si c'est pas celui qui fait Woody Allen en Français? A regarder au ème degré quand même Franfran oui, c'est bien Le Con de la Classe!

Mario Giguère Premier volet d'une longue série dans la plus pure tradition des comédies italiennes "bon marché", et réalisé par un Marino Girolami plutôt en forme, cet amalgame de farces faciles et de blagues classiques - qui ne l'étaient peut-être pas dans le temps mais qui aujourd'hui le sont devenues - surprend par son rythme infernal.

Des vignettes comiques sont insérées un peu n'importe comment, qui s'intègrent tout de même assez bien au récit et qui ne donnent pas l'impression de "décrocher". Alvaro Vitali est toujours à la hauteur, avec sa tronche de con, et le doublage français est on ne peut plus délirant. Michela Miti a un sérieux rôle à jouer dans l'appréciation du film; son postérieur et autres parties rondelettes de son corps sont d'innombrables facteurs qui viennent agrémenter le visionnement Je retiens particulièrement la scène où le con et ses camarades vont au gymnase La musique sert le propos léger, mais ce qui impressionne, c'est indubitablement le feu ininterrompu de blagues idiotes, qui déferlent à un rythme inégalable.

On peut toujours se dire que, si certaines de ces blagues sont d'une nullité impressionnante, il y en a bien quelques-unes qui nous font éclater de rire La comédie trash italienne à son meilleur. Cette fois-ci le Con Alvaro Vitali est bras droit et secrétaire d'un détective privé se spécialisant en cas d'adultères. Son patron est contacté par une épouse bafouée la resplendissante Paola Senatore qui lui offre 20 millions de lires s'il accepte de se déguiser en majordome tantouze et de s'installer chez elle pour surveiller son mari tout en faisant son enquête.

Il accepte et amène avec lui Alvaro, qu'il déguise en cuisinière, et ils commencent leurs investigations avec une bonne humeur peu commune. On y retrouve le délicieux Alvaro Vitali qui fait le pitre, comme d'habitude, et qui est sublime en souffre-douleur. Paola Senatore joue ici la femme fatale et elle parvient par sa lascivité irrésistible à se hisser au même niveau qu'Edwige Fenech dans les autres volets.

La réalisation est alerte et la musique enjouée, et on ne se fatigue pas des gags idiots, même après plusieurs écoutes. Un bon épisode pour un public de profanes qui désire se tremper délicatement les pieds dans le genre. Orloff Deux détectives Renzo Montagnani et Alvaro Vitali abordés par l'affriolante et peu vêtue Paola Senatore qui leur demande de trouver la maîtresse de son mari. Car le monsieur Mario Carotenuto ne touche plus à sa femme, pourtant tellement adorable.

L'idée est de se déguiser en majordome homosexuel et pour Alvaro en cuisinière rondelette et de travailler chez le couple, car il y a dans un tiroir bien gardé, des papiers probablement compromettants Ah ce qu'elle est belle Paola! On en oublie l'intrigue, pas si importante, pour admirer Madame, aguichante à souhait. Alvaro est assez tordant en dame potelée, tellement qu'il finira par revenir en homme, frérot d'elle-même, si vous voyez ce que je veux dire.

Pour le reste on rame dans le flot de quiproquos habituels. Lori Del Santo est une des femmes de ménages aux voies nunuches au rôle mineur. Au final on ne s'ennuie pas, on passe un bon moment et on conclut l'histoire avec un dernier sourire. Parfois, on ne demande pas plus. Grande gueule, frondeur voire baveux invétéré, Giggi se mêle de tout et de rien, se retrouvant en prison avec un sale individu qui se gratte tout le temps, devenant mac pour une fille qui semblait vouloir en finir avec la vie, exploitant des enfants dont il a la garde, participant à un concours de danse original!

Pas facile à comprendre ou de saisir ou le film veut en venir. En fait, on se contente d'une tranche de vie d'un menteur mythomane qui donne et reçoit des baffes en rafale. Il y a bien ce concours de danse qui fait rire un peu, mais l'ensemble est somme toute banal. Les actrices sont mignonnes mais là aussi on a déjà vu plus affriolantes.

Une enfilade de vignettes plus ou moins réussies ne font pas une bonne comédie. La femme, elle est du genre sévère, elle a tous les sous, et elle aime bien se faire tripoter par son mari dans des endroits publics.

Pis elle dit "assez", et c'est fini. Le mari, lui il aime pas trop ça, mais comme il a pas de sous et qu'en dehors que c'est madame qui commande, il est tranquille, ben il reste avec sa femme et il a une maîtresse. La fille, quant à elle, a gagné le droit de repasser ses examens en septembre. Alors les parents décident de lui faire donner des cours privés pendant l'été, à la mer voyez-vous.

Mais la femme, elle veut ni un mec, ni une nana, mais une Soeur. Alors le mari, il fait se substituer sa maîtresse à la Soeur, et c'est parti Contrairement à ce que le début peut laisser croire, on s'éloigne rapidement du vaudeville, et une bonne partie des gags sera provoquée par des éléments extérieurs à la famille.

Tel une bande de bidasses en exercice dans le coin et fort intéressés par les effeuillages de nonne. Ou encore un duo de kidnappeurs aussi crétins qu'incompétents incarnés par Alvaro Vitali et Giani Ciardo.

Tout ceci n'est pas vraiment cohérent mais on s'en fout pas mal, l'important étant que Girolami connaît la musique du genre, et surtout son rythme, du coup on s'ennuie pas du tout et même on s'amuse assez.

Niveau sexy, on reste toutefois sage : topless et bikini riquiqui, rien de plus osé. Bien agréable, et c'est ce que j'attendais. Rajout : j'ai oublié un détail non négligeable : la chanson du film est interprétée par Alvaro himself! Mais la mémé est nulle autre que la jeune Edwige et tous les mâles de la famille en tomberont éperdument amoureux. Le curé du village aussi.

Edwige est belle comme ce n'est pas possible et la comédie est de bon aloi, sans casser des records. Un bon moment en bonne compagnie. L'inspecteur Betti Maurizio Merli, au sommet de sa forme arrive sur les lieux du hold-up, mais les bandits s'enfuient en emmenant un otage qui est en fait un des leurs. Luc Merenda! Tous les ingrédients d'un bon "poliziesco" sont ici réunis, dans ce film mené d'une main expérimentée par Franco Martinelli aka Marino Girolami aka le père d'Enzo G.

Castellari : un rythme enlevé, de nombreuses scènes de baston, deux ou trois poursuites ravageuses, de savoureuses trognes de gangsters, un John Saxon très à l'aise en truand de haut vol, et Maurizio Merli bien-sûr! Le blond moustachu ne fait pas dans la dentelle et ne se laisse pas voler dans les plumes.

Certes, le père Castellari n'est pas un grand styliste, au contraire de son fils. Certes encore, on se rend parfois compte que tout cela a dû être tourné un peu à la va-vite, entre Milan et Gênes, mais on ne voit pas le temps passer. Des scènes de séduction sirupeuses entre Merli et Mirella d'Angelo viennent parfois ralentir l'action, le tout débouchant sur une fin que l'on croit heureuse Jusqu'aux dernières secondes, diaboliques et susceptibles de rendre paranoïaque le plus béat des optimistes.

Bref, de la très bonne "pulp fiction" spaghetti! Pierino Alvaro Vitali n'arrivant toujours pas à obtenir ses notes de passage, son père se décide à l'envoyer dans un collège privé. Entre la fille du directeur qui le poursuit de son amour et de ses livres et la bellissime professora Rizzi Michele Miti qui ne l'endure pas en classe, notre con n'avance pas plus loin dans ses études!

Tellement que le scénario le sort de cet endroit pour essayer de lui trouver un authentique emploi. Mais il reste un lot de gags visuels, le point culminant étant un combat de boxe avec un des élèves du collège, remplit de pirouettes incrédibles.

Gags de flatulences à répétition, belle italienne à la jupe courte, des conneries à la tonne, le film reste dans le ton de la série. A noter la musique très enjouée qui nous colle dans le cerveau. Un péché mignon. Suite à un autre incident semblable à bord d'un autobus, Betti voit sa haine personnelle s'accroître envers tous les hors-la-loi et il décide d'utiliser la manière forte envers eux. Cette attitude butée lui vaut d'être renvoyé de la police manu militari.

Betti entre alors au service d'un riche avocat qui a mis sur pied une milice privée pour combattre le crime. Seulement voilà, ces méthodes violentes employées par ce groupe de justiciers entraînent des représailles encore plus dures de la part des criminels.

Pris dans un cul-de-sac, Betti aura du pain sur la planche pour nettoyer Rome de la pègre et des voyous.

TÉLÉCHARGER ALI ZAWA MYEGY GRATUITEMENT

Affiche – CANCRE DU BAHUT (le) – 120x160cm

.

TÉLÉCHARGER BLUETOOTH ACER TRAVELMATE 5744Z GRATUITEMENT

Oh no, there's been an error

.

Similaire